Chocolat Frey et LoeschPack font grande impression avec les petits chocolats napolitains

Le « Swiss-made » est une marque de qualité dans le monde entier. Le drapeau de la république alpine est associé à des valeurs telles que la tradition, la fiabilité, le pragmatisme et des images communes comme le Cervin, des systèmes d'horlogerie précis et – bien sûr – l'exquis chocolat suisse. L'entreprise Chocolat Frey AG, basée à Buchs, dans le canton d'Argovie, est un fabricant de premier plan de cette douce tentation. La filiale indépendante de la coopérative Migros a récemment étendu sa production de chocolats napolitains, ces petits chocolats très demandés dans le monde entier. En collaboration avec le partenaire de projets, Loesch Verpackungstechnik GmbH basé à Altendorf, Frey a mis en place une solution de conditionnement peu encombrante et efficace pour le « petit chocolat suisse ».

Il est rare que les visiteurs d'une installation de production industrielle se voient chatouiller les sens dès le parking à l'extérieur des locaux de l'usine. C’est pourtant bien le cas chez Chocolat Frey AG en Suisse. Les visiteurs de Buchs dans le canton d’Argovie remarqueront immédiatement l'arôme chocolaté qui flotte dans l'air. Quel que soit leur âge, tous semblent attirés comme par magie par le centre d'accueil du chocolatier qui a ouvert ses portes en 2014. Nous sommes accueillis dans l’élégant hall de réception par Manfred Leuenberger, chef d'équipe technologique Confiserie chez Chocolat Frey, avec un sourire chaleureux et une poignée de main ferme. Il nous invite à effectuer une visite de l'usine et à découvrir la nouvelle ligne de production de chocolats napolitains. Les quelque 2400 articles de l’actuel planning de production sont principalement fabriqués pour les coopératives Migros, auxquelles appartient Chocolat Frey depuis 1950, et sont vendus dans leurs établissements. Frey approvisionne également des entreprises de restauration, des clients de gros et des entreprises de secteurs en aval. « En 2014, plus de 43 000 tonnes de chocolats, de confiseries, de produits semi-finis et de chewing-gums sont sortis de la ligne de production de Buchs », explique M. Leuenberger alors qu'il enfile sa tenue de protection pour pénétrer dans le bâtiment de production. « Cela a permis à Chocolat Frey de générer un chiffre d'affaires annuel impressionnant de 404 millions de francs suisses. Dans ce montant, les exportations représentaient 138 millions. » Sur le marché intérieur, l'entreprise est le premier producteur de chocolats avec une part de marché de 35,4, selon le service d'information « Chocosuisse ». Les chewing-gums représentent environ 10% du chiffre d'affaires total. Les produits fabriqués par Chocolat Frey sont vendus dans plus de 50 pays sur cinq continents : « Le marché étranger est désormais notre principal moteur de croissance », déclare M. Leuenberger. Face à cette demande en constante augmentation, Chocolat Frey a dû augmenter sa production. « Des années avant que nous prenions la décision d'investir, nos deux lignes de production de chocolats napolitains fonctionnaient déjà à pleine capacité », explique M. Leuenberger. Au regard de l’âge de l'équipement, une simple expansion n’était pas envisageable. L'entreprise a opté pour une nouvelle unité de moulage avec un puissant système de conditionnement et a pris en 2013 la décision de réaliser les investissements nécessaires.

Thorough production planning at Chocolat Frey

Encore quelques minutes à pied à travers le bâtiment lumineux et chaleureux de l'usine et nous nous trouvons devant la nouvelle unité de moulage. Lorsqu'elle fonctionne à plein régime, l'unité de moulage gère jusqu'à deux tonnes de chocolats par heure. Par le passé, Frey pouvait traiter 600 à 700 kilogrammes par heure sur les systèmes existants. Un quadruplement virtuel de la production dans cette zone de production a paru excessif aux chocolatiers. C'est la raison pour laquelle la direction de la production a provisoirement opté pour une capacité de traitement des chocolats d'une tonne par heure. « Cela équivaut à la production d'environ 3000 chocolats napolitains par minute qui doivent être prélevés, conditionnés et préparés pour la livraison », indique M. Leuenberger. Les opérations quotidiennes s’effectuent sur 16 heures en deux équipes

Système de conditionnement haute performance de LoeschPack

En raison des contraintes d'espace dans l'usine, Frey avait besoin d'un système compact, mais puissant. L’entreprise allemande Loesch Verpackungstechnik GmbH a répondu au cahier des charges du conditionnement avec quatre enveloppeuses-plieuses à deux voies LRM/2-G-S, ainsi que des systèmes de mise en tampon et de transport. L'entreprise établie de longue date à Altendorf peut se prévaloir de plus de 100 ans d’expérience dans la production de machines, de systèmes et de solutions de conditionnement innovants pour les chewing-gums, la confiserie, les produits de boulangerie secs et les chocolats.

Les principaux arguments en faveur de la décision, comme le dit le directeur de production, incluaient la cadence élevée des machines de conditionnement et la qualité du système modulaire : « D'autres fabricants étaient également en mesure d'offrir les performances globales du système dont nous avions besoin. Cependant, pour le système de conditionnement prévu, l’entreprise LoeschPack avait besoin de beaucoup moins de machines de conditionnement et donc moins d'espace que ses concurrents. Elle offrait simplement un meilleur rapport qualité-prix. » Pendant la phase de mise en œuvre, les ingénieurs de Chocolat Frey ont examiné les caractéristiques techniques avec l'équipe de projet de Loesch Verpackungstechnik. « LoeschPack a proposé de nombreuses idées très intéressantes au cours de ce processus de développement. La grande expertise des ingénieurs a contribué à garantir une solution efficace pour nos opérations de production », déclare M. Leuenberger en faisant l’éloge du résultat.

Système d'alimentation innovant avec contre-moules

Une solution en particulier consiste à introduire les chocolats napolitains dosés et refroidis dans les machines de conditionnement. « Les systèmes d'alimentation fonctionnent généralement uniquement avec des convoyeurs. Cependant, dans ce cas précis de production d'un seul produit, nous avons pris la décision en accord avec le client d'utiliser une solution avec transport en contre-moules. Cette méthode d'alimentation est moins sujette à des défauts avec de petits produits comme les chocolats napolitains et moins coûteuse à entretenir. Elle prend également moins de place globalement », explique Tobias Heinze, chef de produit chez LoeschPack, très enthousiaste au sujet de ce système tournant à plein régime.

Les chocolats napolitains quittent l'unité de moulage dans des contre-moules et sont transportés vers le système de conditionnement sur un convoyeur à maillons de chaîne à deux câbles. Un système entièrement automatisé vérifie que chaque contre-moule est complet et ne présente pas de contamination par des métaux, rejetant tous les éléments échouant à ce contrôle.

Des robots de transfert spéciaux à 2 axes avec des plateaux de maintien à vide prélèvent des rangées de chocolats napolitains dans les contre-moules et les placent avec précision sur le système d’alimentation des machines de conditionnement. Comme le montre l'écran tactile multifonctionnel, chacune des quatre enveloppeuses-plieuses LRM/2-G-S conditionne jusqu'à 1050 chocolats napolitains dans un film OPP enduit pour cette application. « Ces chiffres mesurés en production prouvent la capacité de performance de nos machines de conditionnement en service continu », déclare M. Heinze avec fierté. La capacité totale des quatre machines, combinée à la conception globale de la ligne, aboutit en toute simplicité à un conditionnement efficace des savoureux chocolat napolitains.

Des stations de mise en tampon pour plus d'efficacité

Si un film se déchire, si un produit se casse ou si des problèmes techniques surviennent pendant la production, provoquant l'arrêt temporaire de la machine de conditionnement, les contre-moules sont empilés dans une station de mise en tampon. « Une fois le défaut corrigé, le tampon de produits se vide progressivement pendant le fonctionnement normal de l'unité de moulage. Cela signifie que nous pouvons garantir à nos clients une efficacité maximale du système », déclare M. Heinze. Si l'unité de moulage doit être arrêtée, une deuxième station de mise en tampon pour les contre-moules vides entre en jeu. Les tampons, la fiabilité du fonctionnement de la machine de conditionnement et la facilité d'accès à toutes les zones pour le dépannage garantissent une expérience de travail agréable pour les opérateurs. Ce qui ravit M. Heinze : « La confirmation de la convivialité, des performances optimales, du transport des produits en toute délicatesse et de la qualité exceptionnelle du conditionnement dans notre site de production justifie pleinement notre processus de développement commun. » Partant du système de conditionnement, les chocolats napolitains conditionnés sont transportés sur un système de convoyage pour poursuivre les étapes de conditionnement consécutives. « Là, nous conditionnons les produits dans différentes tailles de sachets, puis dans des cartons et enfin sur des palettes. Cette solution nous évite un stockage temporaire et optimise la chaîne logistique », explique M. Leuenberger, en nous autorisant à tester les napolitains au chocolat au lait.

Un partenariat fructueux

Dix mois seulement séparent la décision de travailler avec LoeschPack et la mise en service du système. « La planification de projet, l’ingénierie mécanique, la livraison, l'installation et la mise en service en si peu de temps est une réussite exceptionnelle », affirme M. Leuenberger avec une grande satisfaction. Le bon déroulement du processus est en grande partie dû à l'excellente relation entre les équipes de projet de Chocolat Frey et de LoeschPack. « Le personnel de mon équipe technique a passé plusieurs jours chez LoeschPack à Altendorf, s'est familiarisé avec la conception des machines et, avec les ingénieurs de LoeschPack, a partagé sa grande expertise dans la production de chocolats napolitains », se souvient M. Leuenberger. À titre d'exemple, ils ont apporté une aide précieuse pour la spécification du film de conditionnement utilisé chez Chocolat Frey, qui est produit de manière durable et selon les normes les plus strictes. Les deux équipes techniques ont également été très étroitement impliquées dans la phase de configuration et de démarrage de la production à l'usine de Buchs.

Le système, avec un investissement total de plusieurs millions d'euros, a été mis en service fin août 2014 : « Nous avons commencé avec une production d'environ 50%, et nous étions déjà à pleine production à la fin du mois de septembre », explique M. Heinze alors que nous retirons nos tenues de protection. « Et en cas de problème, nous disposons d’un accès en ligne au système et pouvons fournir une assistance rapide. Si nécessaire, nous pouvons également offrir une aide rapide comprenant un service de diagnostic, de maintenance, d'analyse des données ou d'optimisation depuis Altendorf. Cela fait gagner un temps précieux à nos clients », souligne M. Heinze, expliquant le système de téléservice qui a fait ses preuves dans le monde entier.

Production efficace de chocolats napolitains en Suisse

Avec son système de production haute performance de chocolats napolitains, Chocolat Frey occupe une position avantageuse dans un environnement mondial de plus en plus compétitif. La Direction envisage déjà de doubler la capacité de production afin de traiter deux tonnes de chocolats par heure. Ce sont des plans concrets dont M. Leuenberger nous parle durant notre retour au centre d'accueil. « La pression constante des coûts dans le secteur alimentaire, l'arrivée de discounters allemands sur le marché suisse, les coûts salariaux élevés et le cours élevé du franc suisse, tout cela exige d’avoir des produits d'une qualité exceptionnelle et des structures de production efficaces », résume M. Leuenberger. « Ici, nous avons posé de nouveaux jalons avec nos partenaires de projet et nous envisageons l'avenir avec beaucoup d'optimisme. » C’est aussi notre avis alors que nous quittons l’usine de production de Chocolat Frey avec de nombreux échantillons de chocolat témoignant du savoir-faire suisse en la matière, accompagnés par de fines effluves de cacao dans l’air.